Le doute et le choix de nos croyances

Bertrand ventura

Le doute et le choix de nos croyances

La période actuelle nous apparait comme remplie de vide et de doutes à la fois …..

C’est une sensation étrange que de ne pas savoir de quoi sera fait l’avenir et cela affecte notre moral et

notre énergie.

Mais ce n’est, à bien y regarder, que le rappel de notre condition humaine………une somme d’aléas qui y

sont immanquablement attachés.

On ne peut pas choisir d’être vivant ! La vie se propose, elle ne nous demande pas la permission. Elle est

là……avec pour acte fondateur, une naissance, la notre ! Il en est exactement de même pour la mort…….

Entre les deux, il y a notre existence et le meilleur et le plus sage est d’abord de garder à l’esprit que nous

n’y maîtriserons jamais rien totalement ni ne contrôlerons davantage tous les élèments.

En revanche, nous y aurons notre influence, positive ou négative…. ! Et par là même, notre responsabilité.

Je vous rappelle les propos de Marc Aurèle

« La vie vous impose des choses que vous ne pouvez pas contrôler, mais vous avez toujours le choix de la

façon dont vous allez vivre cela……… »

C’est une question d’attitude et celle-ci est fondamentale pour orienter la nature de notre parcours.

Si elle ne changera pas le cours de la rivière, elle en modifiera notre action au milieu des éléments.

Une des pistes à cerner pour identifier la qualité de notre attitude « intérieure » est celle des croyances

que nous nourrissons. A propos du monde, de la vie, de la représentation de nous-même, des autres, de

nos capacités, du possible et de l’impossible, ….au final de notre manière de voir le monde et de le penser.

Puisque le principe de croire existe depuis la nuit des temps, puisqu’il est nécessaire à notre sécurité

intérieure, inutile de lutter contre !

Je vous propose au contraire de prendre les commandes de votre coeur et de vos pensées et d’orienter vos

croyances vers la consolidation de votre équilibre de vie.

L’idée principale : que vos croyances vous soutiennent, vous portent, vous stimulent pour traverser

l’existence et ses péripéties avec elles ! Qu’elles soient votre force et l’outil de votre résilience….

Comme le disait Edgar Morin : « Qu’est ce que vivre ? Sinon naviguer dans une mer d’incertitudes, à

travers des îlots et des archipels de certitudes sur lesquels on se ravitaille “.

Ces archipels ne sont que des ilots en effets, des bribes de vérités que nous avons choisi car nos croyances

ne sont jamais que des histoires que nous nous racontons. Mais qui ont de tels effets, sur nos propres vies,

que nous sommes bien inspirés, si nous favorisons dans le tri préalable de nos pensées, une ré-écriture

toujours plus heureuse du monde et de nous-mêmes.

Nous pouvons choisir de naviguer face au vent ou bien de décider de gonfler nos voiles de toute la

puissance de son air pour avancer vers le large.

La plupart de nos croyances ne nous appartiennent pas ! Elles nous ont été transmises par notre

environnement parental, sociétal, notre vécu interprété, …………….et renforcées au fil du temps et des

preuves que nous avons trouvé. Notre sort semble scellé et découler d’une proposition initiale au monde.

Dans cet environnement de départ, d’autres empreintes sont plus personnelles, enfants quelquefois d’une

croyance forte, originelle et fondatrice. Au cœur de celle ci, il nous faut souvent entendre la résonance

émotionnelle qui va avec ou une peur dissimulée dans les tréfonds de notre propre histoire …..

C’est une première porte que nous devons ouvrir en nous même… ! Notre équilibre en dépend !

Dans le contexte actuel de confinement, nous pouvons croire, en teintant notre esprit de pessimisme, et

nous récolterons probablement alors ce que nous semerons. Nous deviendrons des experts inconscients de

nos prophéties d’infortune, voulant plus donner raison à nos croyances qu’à nous mêmes, jusqu’au mépris

de nos véritables besoins et de la réalité !

Une phrase de Nieztche résume cette attitude : « Les convictions sont des ennemis de la vérité plus

dangereux que les mensonges »

Fort heureusement, nous pouvons également décider, plutôt que de craindre de vivre un désastre, de voir

plus loin ou d’en haut c’est selon, pour entrevoir une renaissance déjà……

En ayant accés à notre pleine créativité, en choisissant d’orienter nos énergies et nos forces vers le désir

plutôt que vers la peur, en maintenant notre esprit porté vers la paix, l’abondance, l’acceptation, la

confiance, la stimulation paradoxale de la situation d’insécurité du moment.

Nous pouvons également nous rappeler toutes nos ressources passées, les situations vécues avec angoisse

à d’autres occasions dans notre vie…..et dépassées pour la plupart.

Nous rappeler aussi comment la même vie nous a souri dans notre histoire, comment nous avons pu être

surpris positivement par des innatendus.

Enfin garder en mémoire les capacités immenses de l’humanité à se recréer, à se relever……comme son

récit l’atteste depuis la nuit des temps, ……..C’est une forme de résilience perpétuelle qui honore le monde.

Pour conclure, tout est en nous finalement, pas forcément comme nous l’attendons c’est certain.

Mais demain commence dans un nouvel aujourd’hui que nous pouvons décider de choisir……….par la force de notre

attitude, et par l’orientation de nos croyances

Peur ou amour, nous avons toujours le choix!

La crise est là en ce moment, nous frappant de plein fouet dans nos habitudes et conforts.                  Un virus se propage et nous voilà dans l’insécurité de tout notre équipage.

Si chaque peur est légitime, comme une émotion respectable, se pose toujours la question du choix de notre réaction à chaque événement.

En coaching, il est souvent fait référence à Socrate et à sa célèbre maieutique ou l’art de l’accouchement des esprits par le biais de questionnements. Ceux-ci sont censés  permettre à celui qu’on interroge de trouver en lui-même ses vérités.

Et si ce virus qui nous transperce et qui nous fragilise était un questionnement en lui-même !?            Ou plus encore un rappel de ce que nous avions oublié : la vulnérabilité constitue une caractéristique essentielle de la vie humaine.

Et si il était une invitation à un autre regard sur nous même, sur  les hommes et sur la nature de nos actions  au cœur du monde.

Platon, un des disciples de Socrate se posait il y a fort longtemps la question de notre identité.

Qui sommes-nous ? Qui est l’homme ? Est-il un corps doté d’une âme ?

Il répondait que nous sommes des êtres complexes et en conflit permanent au croisement de 3 dimensions : le ventre, le cœur et l’esprit.

Au sein du groupement « Je me libère » les coachings proposés rejoignent justement une même méthode :   cœur, corps et esprit !

Il y a une part animale en nous-mêmes, agitée par la voracité, par l’impatience et par des passions monstrueusement égoistes !

Il y a aussi le cœur, siège des grands désirs, mus par l’ambition, par l’honneur et par le courage.                          Dans le souci et à même d’être en lien, capable de protéger et de prendre soin.

Enfin il y a l’usage que nous faisons de notre tête lorsque nous faisons l’effort de comprendre le monde et de travailler sur soi pour être meilleurs.

Et aujourd’hui nous nous demandons entre tout cela : où va la planète ? Y a-t-il d’autres postures pour chacun d’entre nous, plus intérieures, moins compulsives, tout simplement plus humaines.

Etre humain c’est peut être de l’ordre d’une conquête à travers un effort, celui de la vie de l’esprit !

Notre âme vise de hautes exigences, elle veut de la justice, un toit, de la protection et des soins pour chacun. Elle veut être plus haute que la folie de la bête sauvage qui sommeille en nous et de l’ambition du lion rugissant à l’intérieur de chacun.

Elle veut atteindre pour se réjouir ce lieu où l’on prend la juste mesure des choses en gouvernant avec sagesse et prévoyance tout autant nos conduites individuelles que collectives.

Aujourd’hui on observe chaque jour face à la pandémie le courage de nos personnels soignants et celui des travailleurs qui se démènent et qui prennent des risques pour assurer la survie des autres !

Dans « l’homme révolté », Albert Camus disait :

« La vraie générosité envers l’avenir consiste à tout donner au présent »

Il existe deux grands moteurs en ce monde : l’amour ou la peur.                                                                                Nous pouvons entendre le message d’insécurité du moment et ne pas lui céder pour peut être au contraire s’en nourrir.

Il nous appartient aujourd’hui plus encore qu’hier  de mobiliser notre cœur, d’oublier nos fureurs animales et d’élever notre esprit.

Que faisons-nous chaque jour des 86400 secondes qui égrènent le temps ?

Quelles marques d’attention dispensons-nous aux autres comme à nous même ?!

Aujourd’hui nous sommes spontanément pour la plupart portés par un lien de solidarité chacun à notre échelle. Nous nous protégeons en protégeant les autres….

Après la crise, nous pourrions être à nouveau invités par le repli sur soi, et quelquefois absorbés par une énergie négative, agitée, sans prise en compte ni de l’autre, ni de ce qui nous dépasse.

Nous vous proposons à travers la vidéo ci- dessous de garder cela en mémoire pour contribuer à votre épanouissement comme à celui d’autrui.

Vidéo sur les « marques d’attention »

Bertrand VENTURA

Vivre la courbe émotionnelle pour s’adapter au changement! !

Dans cette période de confinement nous allons vivre toute une palette d’émotions

Et c’est normal !

Nous sommes confrontés à des changements : des changements de rythmes, d’espaces, des changements dans la  gestion de notre temps. 

Le confinement va nous amener à vivre une nouvelle expérience, et nous devrons nous adapter en permanence.

Chaque situation pourra être vécue différemment selon que l’on se retrouve seul face à soi-même ou à plusieurs dans un espace contraint.

Je souhaitais partager avec vous la courbe du changement qui explique  concrètement les phases par lesquelles nous passerons de manière plus ou moins forte ou longue selon notre capacité d’adaptation au changement.

Comprendre que nous passerons tous par ces phases, qu’elles sont bénéfiques voire nécessaires nous permet de prendre du recul sur la situation et de les accepter plus facilement et ainsi mieux gérer nos émotions.

Surement pouvons-nous être plus tolérants, plus indulgents face à nous même ou à notre entourage

Un paradoxe :

Le changement est induit par des émotions : en l’absence d’émotion, il n’y a pas de changement

En raison de l’émotion, on résiste au changement

La courbe émotionnelle du changement, après les nuages il y a toujours le soleil … !

Etape 1 : le refus

On ne veut pas y croire, on agit comme si de rien n’était

On nie l’importance du changement

Etape 2 : La résistance, 3 postures

  • 1 .Marchandage : on défend son territoire, on négocie
  • 2 .Colère : on se révolte, on accuse les autres ou les circonstances, on critique
  • 3. Dépression : on est triste, on se résigne

Dans ces étapes on est plutôt tourné sur le passé…

Etape 3 :  Déclic

On élargit son champ de conscience, on commence à percevoir le changement comme inévitable et nécessaire

On accepte la situation et ses multiples implications

Etape 4 : Exploration

On essaye de s’adapter au changement, de développer de nouveaux comportements

Etape 5 : Engagement

On intériorise le changement, on se remobilise

Dans ces étapes on est plutôt tourné sur le futur ….

J’espère que cet éclairage vous apportera une compréhension de votre état émotionnel

Soyez à l’écoute de vous-même et laissez-vous porter par vos émotions….

Je finirai par la citation d’Heraclite

« Rien n’est permanent, sauf le changement »

Comment parvenir à changer vos comportements?

Si on franchit les portes d’un cabinet pour se faire aider, c’est pour la plupart du temps travailler sur certaines choses que l’on aimerait changer. Bien sûr, certaines personnes viennent chercher de l’aide dans le domaine du coaching, pour mieux s’adapter à de nouvelles situations ou à des points de blocage par exemple. Il est également possible de travailler sur des prises de choix et de décisions.

Mais vraisemblablement, ceux qui viennent me consulter le font en grande partie pour initier un changement de comportement (arrêt du tabac, perte de poids, désordres émotionnels, stress, procrastination, troubles de l‘attachement, etc.).

Le changement, c’est souvent devenir soi-même et donc finalement ne rien changer. Changer, c’est avoir la capacité d’entendre, de voir et de ressentir qui vous êtes au plus profond de vous-même. C’est aussi savoir ce qui est véritablement bon pour vous, et ce qui ne l’est pas. Le changement, c’est fréquemment se libérer du passé.

Mais alors, comment déclencher le processus de changement pour se retrouver soi-même ?

Premièrement, il faut savoir que le changement est rarement linéaire. Dans l’Hypnose, travailler avec ce qui est inconscient va nous permettre, ensemble, de vous libérer du passé, de vos structures émotionnelles profondes, celles qui définissent véritablement vos comportements. Ce qui est enraciné à l’intérieur de vous et qui vous appartient, mais que vous n’avez pas demandé, ni sollicité.

Ce qui est important, et souvent difficilement palpable, c’est que l’on se focalise sur une seule attitude, LE comportement qui nous pose problème. Pourtant, la réalité n’est pas si simple : les comportements sont toujours une conséquence d’autre chose de plus profond et de plus émotionnel.

C’est en déchargeant émotionnellement ce qui se rattache à ce fameux comportement que vous arriverez à agir en levier pour finalement rompre ce même comportement. Par exemple : manger compulsivement, arrêter de fumer, de stresser ou de procrastiner.

« C’est sous nos yeux, mais comme c’est inconscient on ne le voit pas… ».

Albert Einstein disait « On ne peut pas résoudre un problème avec le même mode de pensée que celui qui a généré le problème ».

En d’autres termes, travailler sur ce qui est inconscient va alors permettre de vous libérer des structures émotionnelles qui vous rattachent à votre passé. Grâce à l’Hypnose, il est possible de revenir en arrière, d’apprendre de vos erreurs pour revenir à une étape précédente et repartir à nouveau dans un changement durable, vers une nouvelle version de vous-même.

Mais alors, en tant que praticien de l’Hypnose, comment puis-je structurer l’accompagnement ? Le point primordial dans l’accompagnement est de savoir à quel niveau structurel et dans quelle étape de la problématique vous vous trouvez.

Comme je l’ai déjà évoqué, l’Hypnose agit à un niveau inconscient et permet souvent un travail rapide et durable.

Il y a plusieurs étapes dans un accompagnement. Parfois il faut plusieurs séances pour franchir une étape et parfois, dans la même séance, les personnes franchissent plusieurs étapes.

Dans un prochain rendez-vous, j’évoquerai ces différentes étapes, les processus thérapeutiques et les leviers qui permettent de les dépasser.

Pensez à vous, à très bientôt.

Et si vous tombiez le masque

Voici la traduction d’un texte de Barry Long, qui vise à démasquer l’imposture de la personnalité. Selon lui, nous nous prenons pour qui nous ne sommes pas, et nous souffrons de ne pas être nous-mêmes. Il n’a peut-être pas tout-à-fait tort…  🙂

Ce texte court illustre d’une autre manière le mythe de la caverne de Platon, qui campe déjà fort bien le décor du coaching.

Découvrons tout d’abord ce texte, avant de partager quelques commentaires à son propos, en lien avec le coaching et la supervision systémique…

DÉMASQUER L’IMPOSTURE DU MASQUE SOCIAL

 “Il y a très, très longtemps, lorsque les êtres humains n’étaient pas incarnés dans leur corps physique comme ils le sont aujourd’hui, un homme (où était-ce une femme ?) avait fabriqué un masque merveilleux – un masque qui pouvait avoir plusieurs visages.

Cet homme avait l’habitude de mettre son masque et de s’amuser en accostant soudainement les passants et en observant leurs réactions. Parfois, le masque souriait, parfois il pleurait, parfois même, il grimaçait et se renfrognait.

Ses victimes étaient toujours choquées à la vue de ce visage tellement extraordinaire, étrange et si peu naturel – même lorsqu’il souriait. Mais que ces personnes rient ou pleurent était sans importance pour notre homme. Tout ce qu’il voulait, c’était l’excitation due à leurs réactions. Il savait bien que c’était lui derrière le masque. Il savait que le farceur, c’était lui – et que la farce était à leurs dépens.

Au début, il sortait avec le masque deux fois par jour. Puis, s’habituant à l’excitation que lui procurait cette activité, et en en voulant encore davantage, il commença à le porter toute la journée. Finalement, il n’éprouva plus le besoin de l’enlever et le garda pour dormir.
Durant des années, l’homme parcourut le pays en s’amusant derrière son masque.

Puis un jour, il s’éveilla avec une sensation qu’il n’avait jamais ressentie auparavant – il se sentait seul, divisé, quelque chose lui manquant. Bouleversé, il bondit hors de chez lui pour se trouver face à une très belle femme – et en tomba immédiatement amoureux. Mais la femme cria et s’enfuit, choquée par ce visage étrange et effrayant.

« Arrêtez-vous, ce n’est pas moi ! » cria-t-il en tordant son masque pour l’arracher. Mais c’était lui. Impossible de détacher le masque. Il était collé à sa peau. Il était devenu son visage.

Cet homme, avec son masque fabuleux, fut la première personne à entrer dans ce monde malheureux.
Le temps passa. Malgré sa ténacité et les efforts qu’il déploya pour annoncer à tous le désastre qu’il s’était infligé, personne n’était prêt à le croire. D’autant plus que personne n’était intéressé à l’écouter, puisque tout le monde l’avait imité. Tous avaient mis leur propre masque – afin de connaître eux aussi la nouvelle excitation de jouer à être ce qu’ils n’étaient pas. Comme lui, ils étaient tous devenus le masque.
Mais désormais quelque chose de pire était arrivé. Non seulement ils avaient oublié la farce et le farceur, mais aussi ils avaient oublié la façon de vivre joyeusement, en tant qu’être sans masque.”   

Extrait tiré de l’ouvrage de Barry Long : « Seule meurt la peur » Les Éditions du Relié

Cette allégorie exprime la détresse, après l’excitation, que ressentent celles et ceux qui se prennent pour les personnages qui constituent leur personnalité.

 DÉMASQUER L’IMPOSTURE DE LA PERSONNALITÉ

Le manteau rapiécé du bateleur est une image d’Epinal qui en dit long sur le vêtement que nous portons

Le mot personnalité vient du grec ancien « Per-sona » qui désignait les masques grecs, par lesquels passait le son pour être amplifié. Cela donne une idée de la fausseté de la personnalité, qui n’est qu’un masque social. Il en faut un probablement, mais le problème c’est qu’on s’identifie à lui au point de croire que nous sommes notre masque, ainsi que le suggère l’allégorie de Barry Long.

La personnalité est une agrégation de pièces rapportées, comme l’habit du “bateleur” (voir cette image du tarot des imagiers du moyen-âge). La symbolique du Tarot indique d’ailleurs que le Bateleur (la personne qui se lance dans la vie horizontale et sociale) a mis son stand à la foire et montre à voir une façade aux badauds. Comme un camelot, il se met en scène pour vendre… Il cherche à éblouir, à capter l’attention, à commencer par la sienne. Comme un cabotin, il s’écoute et s’admire lui-même, se prenant pour l’image que lui renvoient les autres.

Pourtant l’être qui est dans l’habit du bateleur n’est pas ce qu’il montre à voir, de même

que vous n’êtes pas votre personnalité. Votre personnalité n’est qu’un assemblage disparate et incohérent de pièces rapportées ça et là au gré des interprétations que vous vous êtes faites inconsciemment à partir des images que les autres vous ont renvoyées de vous-même…

Comme dans un jeu vidéo, où vous finiriez par vous prendre pour le personnage à l’écran, votre avatar, a une certaine antériorité dans cette vie, un caractère lié à sa trajectoire, des possessions, des personnes même dont il s’imagine qu’elles lui appartiennent  (ses parents, ses enfants, ses amis…). Mais tout cela est très flou, très peu consistant. Une simple pichenette dans le système et tout s’effondre comme un château de cartes ! Si vous voulez démasquer l’imposture, vous réaliserez que vous n’êtes pas ce personnage, cette personnalité qui ne tient qu’avec de grosses ficelles, pourtant précaires… Mais alors, qui êtes vous vraiment ?

Il vous appartient de vous laisser travailler de l’intérieur par cette question. Et il est possible, qu’il soit impossible d’y répondre avec des mots. En revanche, il vous est déjà arrivé d’en faire l’expérience. Il suffit juste de maintenir le cap, pour l’approfondir, de coaching en coaching…

Pour accéder à qui vous êtes vraiment, et passer par delà le masque social que vous contemplez vous-même, en vous prenant pour lui, il y a plusieurs approches amusantes :

  • l’une d’entre elles est de descendre dans vos sensations corporelles, là les pensées n’ont pas accès et votre personnalité est comme désinvestie au profit de votre champ de conscience pure et alerte
  • une autre consiste à vous mettre au spectacle de la beauté, sous toutes ses formes : régalez-vous d’un plat délicieux, admirez un paysage sublime, observez la délicatesse d’une fleur des champs, embrassez vos enfants, caressez votre chat, admirez une oeuvre d’art, écoutez une musique qui vous fait vibrer… Mais soyez ouvert à l’admiration qui émerge, sans la qualifier. Ne commentez rien, restez juste comme suspendu dans la contemplation. Mais quand je dis suspendu, je parle des pensées, pas de vous. Vous, au contraire, enracinez-vous dans la profondeur de l’expérience, toujours sans paroles intérieures
  • une autre, un peu plus subtile, consiste à se demander qui se demande “qui suis-je ?”. Ou bien encore, quand je regarde cet objet : qui regarde cet objet ? Ne vous contentez pas de dire “moi” (c’est-à-dire la restriction de vous-même, que vous prenez pour vous.Voyez clairement que “moi” n’est qu’une histoire personnelle, mais qu’une histoire ne peut être “vous”). Laissez-vous un peu “creuser” par cette interrogation, en essayant de retourner votre regard vers vous-même…Essayez d’écouter celui qui en vous écoute, quand vous écoutez. Cette présence qui précède le regard, c’est vous, justement…
  • une autre encore, pourrait consister à essayer de quitter qui vous êtes, à essayer d’être ailleurs que là où vous êtes, à tenter de quitter l’instant présent pour aller dans le passé ou le futur sans l’intermédiaire de la pensée. Vous voyez bien que c’est impossible. Vous êtes centré dans qui vous êtes ! En contact par l’intérieur avec qui vous êtes, comme on est adossé à sa chaise à l’arrière du corps, vous ne pouvez pas vous localiser, vous ne pouvez pas vous saisir mentalement, mais vous pouvez sentir depuis qui vous êtes.Vous laissez ainsi libre cours à l’épanouissement d’un vaste champ de conscience pure et alerte… Et si c’était cela que vous êtes vraiment ?

Un coah par exemple dans l’accompagnement de son client, sera invité à libérer  la fameuse “présence” en lui qui coache la personne, malgré ses tentatives de s’en occuper …..en délaissant ses projets à propos de son client et ses propres histoires à propos de qui il est en tant que coach ?                                                                                                     Et si vous laissiez vous faire cette présence (que vous êtes) Laissez-vous n’être que ce champ de conscience vaste, et laissez le coaching se dérouler à travers vous, sans y toucher, sans rien faire depuis la restriction de vous-même, cette foutue personnalité qui vous fait souffrir (et nous avec ! 🙂

DÉMASQUER L’IMPOSTURE EN COACHING

Parmi chaque personne qui se fait coacher, accompagner, aucune n’est un imposteur. C’est un être sincère qui cherche à s’en sortir, comme vous, comme “moi”. Mais il est victime d’une fascination, celle de ses personnages, pour lesquels il se prend.

La mission d’un coach, si il l’accepte sera d’exfiltrer son client de son cadre de référence qui l’empêche d’exprimer pleinement ce qu’il est.”

 Voici le brief : Il ou elle est très excité ou anxieux à propos de la réussite de son projet, de sa place au Comité de Direction, de la reconnaissance qu’il ou elle obtiendra de ses pairs et de son patron, etc… Et il ou elle voudrait bien que vous l’aidiez à réussir ceci ou cela… Où cela? Dans l’écran du jeu vidéo ! Il vous demande cela sérieusement, alors que vous avez devant vous un adulte, qui n’est en rien concerné profondément par ce qui se joue en surface à l’écran du jeu. Toutefois, vous “jouez le jeu” et accueillez la demande, telle qu’elle est proposée, afin d’entrer dans la danse. Après tout, qu’est-ce que vous risquez ? De vous découvrir ? Ce n’est pas si grave !

D’ailleurs, vous et moi, sommes pareils à ce/cette client/e, qui nous prenons sans cesse par ce qui se passe à l’extérieur. C’est à cause de cela que nous sommes malheureux, stressés, contrariés, fatigués, malades, etc…

C’est donc avec beaucoup de respect et de bienveillance que vous pratiquez votre métier de coach. Dans une perspective systémique, vous n’auriez jamais rencontré ce “frère humain” si vous ne pouviez pas quelque chose pour lui/elle, et si il/elle n’avait pas quelque chose d’utile à vous renvoyer sur votre propre chemin de libération. Démasquer l’imposture là où elle est (chez le client et chez vous) pour y voir clair et retrouver l’espace vital.

COMMENT CRÉER DE LA VALEUR POUR VOTRE CLIENT ?

  • Les problèmes du client viennent toujours de sa pensée (de son cadre de références qui est fait de deux sortes de pensées : les croyances et les valeurs. Les croyances sont des pensées auxquelles il croit, et les valeurs sont des concepts qu’il trouve importants)
  • Les solutions du client sont toujours au centre, jamais dans le problème. Au centre de quoi ? Au centre de son être profond  (et pas dans les histoires qu’il se raconte à travers sa personnalité) !

Tout travail de coaching consiste en conséquence à descendre dans sa propre profondeur, pour y rencontrer votre client aspiré vers son centre par la manière dont vous accueillez ce qu’il partage avec vous depuis votre centre

Autrement dit, vous-même, vous démasquez l’imposture de votre propre personnalité, pour accueillir votre vérité de l’instant, à chaque instant. Il faut que vous soyez vrai et authentique, pour engager une relation profonde et intime avec votre client, mais en étant attentif à rester à votre place. Il faut donc que vous trouviez bien cette place, la vôtre, dans la vie, dans le coaching et dans cette séance particulière à cet instant précis. Pour cela, vous devez être là, disponible, tranquille.

Des masques sont partout………il ne tient qu’à chacun des protagonistes d’un coaching d’être conscient sur leurs présences respectives ……..puis de les enlever pour se découvrir tels qu’ils sont ……….au plus près d’eux mêmes ; Dans la joie de l’être et de la relation……

« Les hommes se distinguent par ce qu’ils montrent et se rapprochent par ce qu’ils cachent… »                Paul Valéry